Daniel Soulières

Fondateur

Daniel Soulières a fondé Danse-Cité en 1982. Il en a été le directeur général et artistique pendant près de 40 ans. Au cours de son mandat, il a accompagné plus de 305 créations, de leur idée génératrice à leur réalisation sur scène. En mars 2020, il laisse les rênes de l’organisme à Sophie Corriveau.

Interprète, Daniel Soulières a participé à plus de 200 créations d’une cinquantaine de chorégraphes.Il compte à son actif plus d’un millier des pectaclesbqui ont été présentés en Amérique,en Europe et en Australie. En tant que soliste, il a dansé pour les chorégraphes Louise Bédard, Danièle Desnoyers, James Kudelka et Linda Rabin. Depuis la chorégraphie-rencontre Dix minutes, en 1980, devenue par la suite un solo, il a interprété la plupart des œuvres de Jean-Pierre Perreault. Il a baigné dans l'univers « perreauesque » pendant plus de vingt ans. Il a de plus travaillé pour plusieurs pionnières de la danse contemporaine au Québec, parmi lesquelles Françoise Riopelle, Françoise Sullivan et Jeanne Renaud, comme pour des chorégraphes de la relève, dont Michèle Rioux, Roger Sinha, David Pressault, Estelle Clareton et Dominique Porte. Les metteurs en scène Denis Marleau d’UBU compagnie de création, et Gilles Maheu de Carbone 14 ont fait appel à ses talents. Il a été de la distribution de quinze films, notamment de Sullivan de Françoise Dugré (2010), d’Élégie de Bernar Hébert (2004), de La fin de la voix d'Olivier Asselin (2002) et de Mozart, l'enfant de la musique de Raymond St-Jean (1999)

Daniel Soulières est membre fondateur du Regroupement québécois de la danse. Il a également participé à la création de Diagramme gestion culturelle, un organisme qui accompagne, soutient et structure les artistes et organismes culturels issus des milieux de la danse et des arts du cirque dans la réalisation de leurs projets artistiques.

Daniel Soulières a reçu le Prix Jacqueline-Lemieux du Conseil des arts du Canada, en 1989. Il a été finaliste pour la discipline de la danse à l’occasion du Grand Prix du Conseil des arts de Montréal, en 2002.

 

Photo : Daniel soulières   © Nicolas Ruel